REVENU UNIVERSEL / UNE FAUSSE BONNE IDÉE ?

Samedi 8 octobre 2016, par cnt // Economie

Un rapport, récemment remis au Premier ministre et visant à restructurer les minima sociaux s’inspire, dans une de ses propositions, de la notion de « revenu universel ». Ce projet n’en étant à l’heure actuelle qu’au stade embryonnaire, il est impossible d’en préciser l’ensemble des tenants et des aboutissants. En soi, l’idée que chacun puisse
disposer, quelles que soient les circonstances, d’un revenu lui permettant de vivre, est bien entendu sympathique. Encore faut-il se demander si, par hasard, nos gentils gouvernants (présents et à venir) n’auraient rien à cacher là-dessous. Au vu du comportement du pouvoir envers les « sans-dents » et autres gens d’en bas, il est pour le moins prudent de se poser la question.

L’idée de base est de fournir à l’ensemble des membres d’une communauté sociale un revenu minimum capable de pallier les besoins vitaux, primaires .Cela sans aucune condition préalable de ressources ni aucune obligation de travail. Les individus désireux de travailler pouvant cumuler ce revenu de base avec le salaire déterminé par leur activité professionnelle. Différentes visions du revenu de base s’opposent à l’heure actuelle, offrant un large éventail de conceptions, allant de certains néomarxistes à des libertariens. Elles s’accordent cependant dans l’ensemble pour procurer ce revenu minimum à tous les individus, de leur majorité jusqu’à leur mort.

Une telle mesure permettrait selon ses supporters d’éradiquer la pauvreté. A première vue cela semble tomber sous le sens. En attribuant une dotation
minimum à tous, même les plus pauvres d’entre nous posséderaient au moins de quoi survenir à leurs besoins les plus essentiels. Mais, est-ce si évident ? Une des premières choses qui peut se produire, c’est que, plus ou moins progressivement, les produits de base renchérissent, c’est-à-dire que les vendeurs adaptent leurs prix aux possibilités financières des clients. Un exemple type nous est fourni actuellement par le prix des médicaments : ce prix n’est pas fixé en fonction de ce que l’on pourrait appeler les « réalités économiques » (coût de la recherche, des matières premières, de la production...) mais, pour la France, en fonction de ce que les laboratoires pharmaceutique estiment que la Sécurité sociale « peut cracher au bassinet ». Ainsi, certains médicaments sont vendus jusqu’à 200 fois leur prix réel [1] .

Si un revenu universel sans condition de ressources était attribué, il produirait plus que probablement une augmentation des prix, et il y a fort à parier que les pauvres resteraient donc proportionnellement toujours aussi pauvres et ne pourraient aucunement améliorer leurs conditions matérielles.

En l’état actuel, le projet de loi servant de point de départ à cet article n’est pas encore arrivé à maturité.
Contrairement au revenu vraiment universel, il ne se propose d’allouer cette allocation qu’en dessous d’un certains niveau de revenu des ménages, cela pour tous les individus majeurs. Il serait peut être plus juste — mais moins électoraliste — de prendre également en compte le revenu des parents. Je pense ici aux jeunes et notamment aux étudiants. Une augmentation des revenus de l’ensemble d’une classe d’âge, ici les 18-25 ans, se reportera sur les prix des produits qu’ils consomment. En particulier, cela se traduira probablement par une augmentation des loyers des chambres, studios et T1. C’est d’ailleurs ce qui a pu être observé, il y a une quarantaine d’années.
Pour permettre aux étudiants de se loger, la mesure prise à l’époque avait été une allocation logement pour tous les étudiants, sans condition de ressources. Résultat ? Une augmentation générale des loyers des chambres, studios et T1 ; les propriétaires « intégrant » d’emblée l’allocation dans le prix et y ajoutant, grosso modo, le prix antérieur. Résultat de ce résultat : les étudiants des couches moyennes et supérieures ont pu continuer à se loger, les étudiants venant de
milieux populaires ont continué à galérer. On est en droit de penser qu’un revenu sans condition de ressource des parents provoquera un résultat identique et que les jeunes défavorisés le resteront.

Dans sa version libertarienne assumée, le revenu de base pourrait venir se substituer aux autres prestations sociales et minimas sociaux. Ce qui est mis en avant, c’est le souci de « simplification administrative ». Derrière cette « simplification », ce qui se profile, c’est une privatisation des services publics comme la santé et l’éducation ; car, dans cette logique, le revenu universel s’accompagne en quelque sorte d’une
obligation personnelle « d’économiser » pour faire face aux coups durs mais
aussi de tout gérer pour répondre à l’ensemble des besoins. La fracture entre des services « low cost » pour les pauvres et services « bios » pour les bourgeois ne fera que s’aggraver.

Les partisans du revenu universel s’appuient sur des expériences réalisées,
notamment en Namibie et en Inde, pour conforter leurs théories. Ils soulignent que le niveau de vie des habitants des régions où ce système a été instauré est meilleur qu’auparavant. A priori, il n’y a pas lieu de remettre en cause cette observation, mais il est indispensable de la contextualiser. Ces expériences sont faites à toute petite
échelle sur des zones géographiquement restreintes (un millier de personnes pour reprendre l’exemple Namibien), de ce fait, si elles entraînent un renchérissement du coût de la vie, il est limité, contrebalancé par le reste de la région ou du pays. Ceci dit, il serait intéressant de savoir si ces mesures n’ont pas entraîné une dégradation des conditions de vie des populations des zones limitrophes.

Un autre argument avancé en faveur du revenu universel est qu’il permettrait au travailleur de ne plus être dans l’obligation économique d’accepter n’importe quel emploi qu’on lui proposerait, puisqu’il disposerait d’un minimum vital. Il pourrait refuser les travaux les plus pénibles et les moins valorisants. D’autre part, n’étant pas dans l’obligation de travailler, les individus pourraient employer leur temps
ainsi disponible à des activités bénévoles, socialement utiles mais considérées comme non rentables.

Cette argumentation pose deux question, directement celle sur le travail (en particulier les travaux pénibles), indirectement celle des salaires. Concernant ce dernier point, sachant que les salariés disposeraient déjà d’un revenu minimum, les patrons pourraient imputer ce bonus dans les salaires qu’ils versent. C’est-à-dire faire ce que les propriétaires ont fait pour le logement étudiant dans l’exemple que nous donnons plus haut. Dans cette hypothèse, le niveau de vie resterait le même pour les ouvriers et autres salariés, le revenu universel se traduisant simplement comme une augmentation des bénéfices des patrons !

Le premier point soulevé (la question du travail) mériterait un plus large développement que celui que permet cet article. Parasité par les capitalistes, le travail est de nos jours essentiellement une corvée destinée à les engraisser. Mais, il serait nécessaire de garder en ligne de mire que, dans toute société il y a — et il risque d’y avoir longtemps encore — des tâches nécessaires, indispensables même, mais pénibles et difficiles. Sur ce point, il me semble nécessaire de garder en ligne de
mire l’aboutissement de la réflexion des générations de libertaires (et d’anarcho-
syndicalistes en particulier) qui nous ont précédés et qui se résume dans l’adage : « De chacun selon ses moyens, à chacun selon ses besoins ». Cela suppose que ceux qui sont en état de le faire se partagent le travail qu’il soit facile ou difficile. C’est la base de la solidarité sociale. Sinon cela veut dire que les tâches pénibles mais indispensables seraient « confiées » (c’est-à-dire, dans les faits, imposées) à d’autres (main d’œuvre immigrée ou tâches délocalisées), ce qui est, de mon point de vue, totalement inacceptable.

Il faudra donc être très attentif à tout ce qui risque de se passer autour de la notion de « revenu universel ». Nous ne devons pas accepter que cela se traduise, in fine, par une augmentation de la pauvreté ici, ni par une augmentation de la misère ailleurs dans le monde.
C’est d’ailleurs pourquoi on peut affirmer que c’est plus que d’une « réforme » dont le monde a besoin.

[1Voici un exemple précis que donne « Médecins du Monde » : un médicament, le
Glivec, a révolutionné le traitement de cancers rares du sang et de la moelle osseuse. Ce traitement coûte entre 2 270 et 3 400 euros par mois en France selon le dosage, soit jusqu’à 40 000 euros le traitement pour un an – sachant que la durée de traitement va de quelques mois à plusieurs années.
Selon Andrew Hill, pharmacologue et chercheur à l’université de Liverpool, si l’on prend en compte le coût réel de production du Glivec, auquel on ajoute le coût des autres étapes de fabrication et du transport, avec une marge bénéficiaire de 50 %, le médicament pourrait être vendu moins de 200 euros par an. Ce médicament est donc vendu 200 fois plus cher qu’il ne devrait.
Médecins du Monde souligne que n’est qu’un exemple, que les traitements contre les autres cancers, contre l’hépatite C,... suivent la même logique de racket.
Référence :https://leprixdelavie.medecinsdu-monde.org/fr-FR/une-leucemie-c-est-en-moyenne-20000-pourcent-de-marge-brute