Accueil > Société > Élection > Anarchie ou barbarie !

Anarchie ou barbarie !

Publié le 2 juillet

Les résultats des élections législatives sont sans appel : c’est une claque magistrale à l’ensemble du système politique français.

La première claque est pour la démocratie représentative. Avec près de 55% d’abstention, la démocratie représentative n’est plus perçue par le « Peuple souverain » comme crédible, ni efficiente pour agir, pour changer les choses. Cependant, la situation reste confuse : on peut ressentir, autant, des aspirations à la démocratie directe (notamment suite au mouvement des Gilets jaunes), que des tentations totalitaires.

La seconde claque est pour Macron qui, entre l’abstention et l’opposition parlementaire, n’a clairement plus aucune légitimité. Désormais, il est évident pour tous que le roi est nu !

Il est clair que ses manipulations de communication, pour cacher derrière un sourire enjôleur une politique brutale et arrogante, ne prennent plus. Si le précédent quinquennat a été turbulent, celui-ci risque d’être convulsif !

La troisième claque est pour la NUPES qui n’obtient pas autant de députés qu’ils avaient prévus et claironnés une victoire historique par avance un peu imprudemment… Mélenchon va enfin pouvoir prendre sa retraite à 70 ans, il était temps. Nous verrons si la NUPES, cette bidouille purement électorale – qui permet au Parti Socialiste, universellement haï, de conserver un groupe à l’Assemblée avec toutes ses prérogatives - survivra à l’élection ou si chacun des groupes politiques (LFI, PCF, EELV, PS) va reprendre son indépendance, laissant ainsi la place au RN comme premier parti parlementaire d’opposition…

La quatrième claque – et certainement la plus préoccupante - est la percée du RN qui va bénéficier d’une légitimité institutionnelle et des financements (1.69 € par voix et 37000 € par élu chaque année pendant la législature) qui vont lui permettre de rembourser Poutine et de se placer pour les prochaines élections ... D’autant plus que son score permet de faire l’OPA sur l’extrême droite la plus haineuse que la campagne « décomplexée » de Zemmour avait fait sortir de sa tanière fangeuse. Ce résultat doit nous interroger sur les stratégies de l’antifascisme unitaire et spectaculaire de ces 40 dernières années : pour combattre l’emprise de l’extrême droite, il va falloir reprendre le chemin des classes populaires et pas qu’elles, qui ont été abandonnées à tous les identitaires, qu’ils soient nationalistes ou religieux, pour proposer un autre futur commun désirable.

Car la cinquième claque est aussi pour le mouvement révolutionnaire en général et anarchiste en particulier. Certes, le rejet du système politique est largement partagé. Il suffit de discuter quotidiennement avec nos amis, nos collègues, au travail, sur les marchés ou autres, pour le savoir. Les gens ont une conscience aiguë de la situation (d’où l’abstention massive), mais aucune perspective révolutionnaire n’émerge dans laquelle ils pourraient se projeter de façon positive.

Car le discours anarchiste est globalement inaudible, tellement il est dilué et segmenté dans de diverses thématiques sans aucune cohérence entre elles, dans une sorte de « laisser faire » sans queue ni tête, qui s’accompagne d’un « en même temps » permanent : un pied dans le système, un pied en dehors… (pour l’action directe dans l’entreprise et en même temps pour les élections syndicales par exemple). *

Il en ressort des divisions entre groupuscules (où nous avons eu aussi notre part de responsabilité) pour des raisons oubliées depuis longtemps, mais qui créent des barrières là où il serait nécessaire et urgent de retisser des liens pour que circulent les idées, les pratiques et les solidarités. À notre petit niveau, en cette année du Centenaire de l’AIT, nous tendons la main à tous ceux qui se réclament de l’anarchosyndicalisme pour en sortir par le haut.

La France va être ingouvernable. Cela peut ouvrir tous les possibles, les plus sombres comme les plus réjouissants pour les exploités. Si toutes celles et ceux qui sont méprisés depuis toujours par le Pouvoir, et qui ont désormais majoritairement compris qu’il n’y a rien à attendre des politiciens, se décident à se prendre en main et à agir directement, sans représentant, pour la liberté, l’égalité et la solidarité, alors tout est possible.
“Negras tormentas agitan los aires … ” Des nuées sombres agitent l’horizon, comme le dit las barricadas, l’hymne de la CNT-AIT espagnole… Alors que le GIEC nous dit que l’Humanité a trois ans pour un changement radical, plus que jamais l’alternative est urgente : Anarchie ou barbarie !

À propos de l’abstention et du résultat du RN aux législatives…

Le « bla-bla »habituel et traditionnel est bien là, soit pour justifier la victoire, soit pour minimiser la défaite.
Par contre, pas un mot sur les 54% d’abstention qui sont bien largement majoritaires. Ce sont pourtant bien les abstentionnistes qui ont gagné ces élections en refusant de participer à la mascarade qui a donné 90 sièges au RN. Tous les partis politiques ont participé à cette émancipation du RN, soit par calcul politicien, soit par haine de l’autre. Dans les duels contre le RN, pour la NUPES c’était le RN plutôt que LREM et pour LREM, c’était le RN plutôt que la NUPES.

Bravo les mecs, entre ceux qui se disent républicains et ceux qui se disent antifascistes, vous avez donné au RN le pouvoir de voter la motion de censure.

Contact


Envoyer un message