Boycott des élections européennes

Mardi 14 juillet 2009, par cnt // Election

Les 6 et 7 juin, les Français et les électeurs des vingt-six autres pays européens sont appelés à élire "leurs" représentants au Parlement européen. Pour la CNT-AIT, la réponse est évidente : le boycott. Cette année, nous voyons avec plaisir que nous ne serons pas les seuls à appeler au mépris des urnes. D’autres initiatives se font jour. Et c’est tant mieux. Nous reproduisons ci-dessous, pour l’information de nos lecteurs, des extraits d’un des appels qui circulent. Les arguments développés ne sont pas nécessairement les nôtres (en particulier en ce qui concerne la vision des Etats, des députés, de leur démocratie ou des “peuples”) mais ils montrent justement comment, même d’un point de vue qui n’est pas libertaire, le boycott est nécessaire.

La participation à l’élection européenne rend les citoyens européens complices des manipulateurs de Traité de Lisbonne, cette lamentable copie du Traité constitutionnel (TCE), rejeté par 55% des électeurs français. Et autant de Néerlandais. Sans compter tous ceux à qui on n’a pas demandé leur avis.

(...) Accepter d’élire de nouveaux députés européens, c’est accepter que les dénis de démocratie deviennent une habitude. Par cet acte honteux, les députés français ont franchi la ligne, ils ont choisi le camp des notables contre celui des citoyens.
Nous, signataires de cet appel au boycott, refusons de tendre l’autre joue. Les députés français nous ont floués a posteriori, les députés européens font mieux : ils nous préviennent que nous sommes floués a priori. En effet, ils nous appellent à voter pour un Parlement sans pouvoir et des députés sans mission, quoique grassement rémunérés.

Certains candidats de la gauche radicale ne sont pas très à l’aise lorsqu’il s’agit de détailler leurs actions futures : l’un d’entre eux promet de favoriser les référendums d’initiative citoyenne... Étonnante reconversion pour quelqu’un qui s’est tant battu contre le Traité de Lisbonne car cette possibilité offerte aux peuples est une des nouveautés du traité honni... (...)

Car la démocratie, quand il s’agit de l’Union européenne, a des allures de dictature tranquille. Les peuples résignés s’y sont habitués. Seul un boycott politique, argumenté et revendiqué peut nous sortir de la torpeur d’une élection sans enjeu.


boycotter sans détour cette élection !

Boycotter est un acte de démocratie directe ! Boycotter ne nous empêche pas de faire campagne contre le totalitarisme de l’Union européenne.

Un autre candidat est encore plus fumeux. Il envisage sereinement de mettre en place une Constituante qu’il proposerait à... la Commission. Personne ne sait comment ce spécialiste des fauchages volontaires parviendra à attirer suffisamment de députés européens pour adhérer à son idée et surtout comment il convaincra la Commission. Par un référendum d’initiative citoyenne, sans doute...

La majorité du Parlement européen serait-elle composé de députés anarcho-communistes, ce qui ne risque pas de se produire avant l’an 3050, que les technocrates de la Commission ne devraient pas accepter avec facilité cette idée de Constituante.
La Commission européenne est le bras armé des capitalistes en Europe. Même si une "actio popularis", emmenée par un ramassis de salopards en salopette, la visait, elle pourrait toujours compter sur la Cour de Justice des Communautés européennes. Bien planquée dans un véritable bunker au Luxembourg, un paradis fiscal soit dit en passant, cette tanière de super-juges symbolise le totalitarisme juridique d’une construction européenne qui s’est faite sur le déni des peuples. Les arrêts de cette cour suprême sont inattaquables ou presque. Confessionnal ou conseil de discipline, la Cour de Justice se la joue autoritaire.(...) La Cour de Justice des Communautés européennes est sans doute l’instance la plus discrète mais aussi la plus despotique. Une entité occulte, au service des puissances de l’argent, en quelque sorte puisqu’elle n’a cessé, en quarante ans, de promouvoir le libéralisme le plus violent à coups d’interprétation fantaisistes des traités lorsque les textes n’étaient pas suffisamment précis. Ses pouvoirs ne cessent de s’étendre de traités en traités, les Etats membres perdent de plus en plus leurs prérogatives au bénéfice de cette curieuse institution qui semble les narguer.

On dira que nous exagérons et que les menaces sur la démocratie ne peuvent en être arrivées à ce point critique, qu’il est possible de changer encore la donne. Peut-être mais certainement pas de l’intérieur !

Restent des solutions plus concrètes : la grève générale reconductible dans tous les pays européens dont nous souhaitons qu’elle émerge du mouvement social. Et le boycott comme arme de démocratie massive ! (...)

Le boycott permet de refuser ce jeu des élections dont la Commission a pipé toutes les règles. "Nous, les initiateurs et premiers signataires de l’appel au boycott, ne voulons pas changer les règles du jeu mais changer le jeu".(André Breton)

http://www.digitmaking.com/boycott/Boycott/Bienvenue.html