LANDES : Remerciements & commentaires

Lundi 21 octobre 2013, par cnt // Justice/Injustice

La CNT-AIT des Landes, dont des militants sont en butte au refus de l’administration de fournir les documents officiels demandés et dont un a été poursuivi pour refus de prélèvement ADN (voir nos numéros antérieurs) fait savoir que l’aide reçue a été précieuse, (diffusion de l’information, présences physiques, soutien moral et financier). Tout ce sans quoi, il est trop facile au pouvoir de casser des gens.

Le préfet a fini par fournir, le 8 juillet («  curieusement  » juste après le délibéré du procès pour refus d’ADN le 2 juillet), l’arrêté autorisant l’installation du système municipal de vidéo-surveillance. La date de signature (12 juillet 2010) de cet arrêté met en évidence que l’installation le 14 juin 2010 et le fonctionnement du système vidéo municipal ont bien été effectués en infraction pénale, puisque l’autorisation doit être préalable à toute mise en service. Encore faut-il signaler que la date de publication de cet arrêté (élément fondamental pour la régularité de la procédure) ne nous a toujours pas été communiquée. Nous ne l’avons pas trouvé dans les Recueils d’Actes Administratifs de la préfecture lors de l’année 2010. Il y a donc là manifestement un viol caractérisé de la loi. Si un exclu a pu être poursuivi, pour une infraction constatée par cette vidéo, pourquoi un élu qui l’a installé illégalement ne le serait-il pas ? N’y aurait-il plus de Procureur de la République dans les Landes  ?

La CADA a fourni, elle aussi juste après le 2 juillet, son avis. Elle valide toutes les demandes de documents municipaux (délibérations, comptabilité, pièces justificatives...) dont la mairie refuse depuis des mois la communication à nos compagnons Landais.

Mini coup de théâtre (ou de pantomime) : le maire vient d’annoncer qu’il ne se représenterait pas.  On se demande pourquoi... A son pot d’adieu, il n’a invité que ses électeurs et amis, pas les autres habitants. Cela s’est pourtant passé dans une salle municipale. Quant au budget, nous ne savons pas sur quoi il a été pris.