BRETAGNE ; APPEL DU COLLECTIF 29 CONTRE LA RÉPRESSION POLICIÈRE

Mardi 23 décembre 2014, par cnt // Justice/Injustice

Loin d’être une exception, la mort de Rémi Fraisse s’ajoute à la liste déjà longue des victimes de la répression policière  : Malik Oussekine tué lors d’une manifestation en 1986, Wissam El Yamni tabassé à mort par des policiers le 9 janvier 2012, Amine Bentounsi tué d’une balle dans le dos à Noisy-Le-Sec, Abdelhak Goradia tué lors d’une reconduite à la frontière en août 2014...

La répression à laquelle ont dû faire face les opposant-es au barrage de Sivens n’est pas isolée.

De nombreux-ses manifestant-es sont gravement blessés et mutilés par les forces de « l’ordre » dans le cadre de luttes légitimes, des dizaines de syndicalistes sont poursuivis suite à des grèves.
C’est par peur de voir se multiplier les résistances et les alternatives que le gouvernement crée un climat de violences et de criminalisation des mouvements sociaux et écologiques. Un jeune de 21 ans est mort, tué par la police, tandis que médias et gouvernement nous font croire que ce sont les manifestant-es qui sont violents.

Cette violence répressive qui ne vise qu’à défendre la loi du profit ne doit pas rester sans réaction. Partout en France exigeons :
 l’arrêt immédiat de toutes les poursuites judiciaires à l’encontre des personnes ayant participé aux manifestations des dernières semaines, mais aussi aux manifestations de soutien aux ZAD de Notre-Dame-des-Landes et de celle du Testet
 l’amnistie pour toutes les personnes condamnées.
 la libération des camarades emprisonnés, notamment Enguerrand, en grève de la faim et maintenu arbitrairement en détention par le procureur de Nantes.

Partout en France organisons-nous pour lutter contre toutes les violences policières, dans les villes, les quartiers, les facs, les ZAD !
Partout en France, bloquons les usines qui fabriquent les armes qui blessent, mutilent et tuent. Ces usines sont complices et actrices de la violence d’État.

A Pont-de-Buis dans le Finistère, l’usine Nobelsport fabrique des grenades, lacrymogènes et flash-balls qu’elle vend à l’armée et à la police.
Le mercredi 3 décembre, rendez-vous à Pont-de-Buis, à partir de 10h devant l’espace François Mitterrand pour une manif et un blocage de l’usine Nobelsport. (Pour un départ de Brest en covoiturage, RDV à 9 h à l’entrée du parking de Kerfautras.)