DES LIAISONS DANGEREUSES

Lundi 7 décembre 2015, par cnt // Divers

Il est clair que les événements du 13 Novembre -qu’il ne faut pas séparer des événements antérieurs (Merah, Charlie) - nous renvoient à un constat  : celui d’être en présence d’une tendance de fond particulièrement morbide, néfaste et anti-lumières ; un véritable courant contre-révolutionnaire qui se dévoile de plus en plus et que l’on peut qualifier de «  fasciste », au sens général de ce terme. Mais, tout ceci n’est pas nouveau en dépit de ce nouvel épisode parisien aussi tragique que spectaculaire.

En effet, ce courant anti-lumières se traduit, depuis les années 1970’, par un regain des idéologies conservatrices, qu’elles soient religieuses ou laïques [1]. Nous avons déjà écrit [2] sur ce courant anti-lumières en le désignant par le terme de «  postmodernisme  », lequel, dans sa logique, promeut une spécificité culturelle tendant, entre autres aspects fallacieux, à assimiler et à recycler le concept de race.

Il faut savoir que deux des plus influents auteurs de l’islamisme politique, Sayyid Qutb et Ali Shariati, se sont inspirés avec enthousiasme des écrits d’Alexis Carrel. Ce dernier avait développé des théories socio-eugéniques très élaborées allant jusqu’à être couronnées par un prix Nobel (!). Oracle du régime de Vichy, Carrel reste, encore aujourd’hui, un matériel standard de lecture au sein des universités d’été du FN [3]  !

D’où l’intérêt de le démasquer, de s’y intéresser (à bon escient) et de le faire savoir.

L’insistance de Carrel sur la minorité créative et salutaire, ainsi que sur la dégénérescence raciale et culturelle, n’est peut-être pas aussi systématique ou sophistiquée qu’elle peut l’être chez d’autres penseurs tels que Nordau, Klages, Nietzche ou Jünger. Mais, cette notion de dégénérescence a des affinités génériques, idéologiques et conceptuelles avec la critique que font les islamistes de la société contemporaine, car elle s’ancre dans une vision vitaliste de la société.

Si tout comme Carrel - et certains penseurs allemands - Henry Ford et Albert Freeman attribuent cette dégénérescence supposée au prolétariat et à la massification de la société, des penseurs tels que Mawdûdi ou Qutb en blâment la non-islamité (qui selon eux serait synonyme de dégénérescence) et prônent une (ré-)islamisation massive capable de soumettre le prolétariat récalcitrant.

Toutes ces figures de l’occidentalité sont de première importance dans la pensée politique européenne « moderne ». Peu connues du grand public, ces figures ont été reléguées dans les oubliettes de l’Histoire, après que leurs idées mystificatrices aient, logiquement, été battues en brèche dans le combat idéologique qui les avait opposées à la lucidité du rationalisme. Cela nous oblige à revenir sur un passé qui a refait surface en catimini, profitant de l’amnésie collective qui a opportunément suivi la mise en échec de ces idées absurdes.

L’adulation postmoderne de la différence n’est pas suffisamment consciente de ses origines (!) idéologiques et conceptuelles.

Une autre affinité, et non des moindres, est l’antisémitisme. Même si les derniers événements semblent, apparemment, avoir franchis un seuil de plus dans l’arbitraire – en frappant sans cibler les juifs en particulier, mais une population plus large - il ne faut pas oublier que l’antisémitisme fait partie de l’arsenal idéologique de l’État islamique.

L’antisémitisme qui imprègne les quartiers depuis de nombreuses années offre, donc et par ce biais, un terrain propice à recevoir, favorablement, les discours de cette nouvelle entité. Il est, paradoxalement, nourri par deux sources contraires en apparence, mais qui, en définitive, se renforcent.

L’antisémitisme professé par les imams puise ses racines dans une vieille rivalité religieuse – et politique - entre islam et judaïsme. Cet antisémitisme influence beaucoup le discours politique des jeunes ; qu’ils soient, d’ailleurs, pleinement fanatisés ou non. La banalisation de ce discours est un danger imminent et potentiellement dévastateur.

Cette variante de l’antisémitisme est renforcée par la propagande pro-révisionniste des très chrétiens Alain Soral et Dieudonné M’bala M’bala qui eux aussi se distinguent par l’orientation de leur discours.

Il faut être conscients des fondements communs qui relient ces deux variantes à l’antisémitisme nazi – mais la preuve n’est plus à faire. Le nazisme fut, aussi, porté par des chrétiens. Au Moyen-Orient, l’antisémitisme fut et est porté par les fondamentalistes musulmans. Les deux courants ont en commun, et depuis longtemps, le même leitmotiv qui est la volonté de voir disparaître les Juifs de l’aire géographique dans laquelle ils se trouvent ; ou «  mieux  », de la surface du globe.

Quant aux idées portées par les antisémites locaux, elles sont, pour le moins, fascisantes. L’antisémitisme a toujours été très présent dans l’idéologie et dans les faits de toutes les variantes du fascisme, que cela soit sous Pétain ou sous Mussolini [4].

Le passage à l’acte, par le meurtre d’enfants – Merah (de façon particulièrement barbare et impitoyable - tirs à bout portant) - et le meurtre de personnes adultes, en raison de leur appartenance à la religion juive, fait écho aux crimes antisémites du passé (guerre de 39-45, tous les pogroms et autres attaques contre les ghettos juifs dans l’Histoire). Dès lors, pour nous, la qualification de fascistes ne fait plus aucun doute.

Entre les islamistes et les représentants de l’irrationalisme politique européen, il y a, en fin de compte, beaucoup plus que des affinités choisies de façon subliminale.

C’est, aussi, le cas de la mystique de la mort - et du sacrifice - comme remède au « délabrement » -, et de la glorification du sang, du feu et de l’acier comme forme directe de l’action politique.
Le culte du martyr et de la guerre inscrivent le sacrifice de soi dans un rite de passage, de socialisation intense, auquel les groupes islamistes soumettent leurs membres.

Goebbels – de triste mémoire - déclarait déjà que «  La guerre est la forme la plus élémentaire de l’amour de la vie  ». Mussolini, lui, énonçait que « L’homme se réalise dans la guerre  ». Quant aux franquistes, c’était le « Viva la muerte !  ».

A l’évidence, l’islamisme ne diffère, fondamentalement, pas des idéologies qu’incarnent ces tristes personnages.

[1Même si les idéologies supposées laïques se sont effondrées (que ce soit Bachar, les états communistes d’Europe, etc.) et si aux USA, en Amérique du sud, en Asie, il n’y a pas de courant laïque qui soit significatif.

[3Consulter, par exemple :www.liberation.fr/france/2005/07/02/le-petainiste-carrel-idole-des-jeunes-du-fn525401 Cela démontre et confirme le lien générique entre eux.

[4En revanche, dans l’Espagne de Franco, les Juifs qui arrivaient de France pendant la seconde guerre mondiale n’étaient pas réellement persécutés. C’est une des choses qui a permis au dictateur Franco de s’en sortir après la fin de cette guerre. Il ne faut pas y voir de la bonté de sa part, mais plutôt un opportunisme politique devant lui permettre de rester au pouvoir – surtout, quand on connaît la force de la révolution sociale qui eut lieu à partir de 1936, en Espagne.