Accueil > Société > Divers > Martin HIRCH s’en va mais les problèmes restent !

Martin HIRCH s’en va mais les problèmes restent !

Publié le 2 juillet

Chapeau l’artiste ! Après avoir œuvré au sabordage de l’AP-HP pendant 13 ans, Martin Hirsch a donc annoncé ce 17 juin qu’il abandonnait le navire alors que tous les voyants de l’AP-HP sont au rouge écarlate, que ce soit en termes de manque de personnel ou de lits fermés, et que l’été s’annonce explosif !

En 9 ans, il aura pratiqué la tactique du bulldozer : aggravation des conditions de travail par des cycles de travail unanimement rejetés, car épuisants, protocoles imposant la mobilité horaire et la flexibilité, suppression des centres de formation (écoles d’assistantes sociales et des techniciens de laboratoire, école d’infirmières de Paul Brousse, écoles d’aides-soignants… ), fermeture des établissements (Hôtel Dieu, Charles Richet / Adélaïde Hauteval, Joffre, la Rochefoucauld et maintenant la Collégiale) et d’autres à venir (Beaujon, Bichat, …)

Son bilan parle de lui-même : aujourd’hui à l’AP-HP il manque plus de 1500 infirmières, 5000 lits sont fermés par manque de personnel, mettant en péril l’accès au soin en Île-de-France, la première région de France en population !

Mais il ne faut pas oublier que si Hirsch a pu mener à bien ce véritable sabotage, c’est grâce à l’appui des présidents successifs qu’il a servis : Hollande (Parti Socialiste), Sarkozy (LR) et Macron (LREM/Ensemble !). sans oublier la participation de la Mairie de Paris – dirigée par une alliance hétéroclite, anticipation de la NUPES avant l’heure, et qui participe au Conseil de Surveillance l’AP-HP. Hirsch a été le symbole de « l’Union nationale » vantée aujourd’hui aussi bien à droite qu’à gauche !!!

  QU’ILS S’EN AILLENT TOUS !

Hirsch s’en va, mais ne rêvons pas : son successeur fera exactement la même politique. Celle de la casse du service hospitalier et de ses personnels.

Plus que jamais, il est urgent que l’ensemble du personnel, ami aussi des patients, se mobilise pour sauver ce qu’il est encore possible de sauver. Nous appelons à des assemblées des personnels soignants, administratifs, patients et usagers, pour discuter du système de santé que nous voulons et comment nous organiser pour nous faire entendre directement, sans passer par des politiciens qui promettent beaucoup mais une fois élus font le contraire !

  HIRSCH LA CLASSE : PARTIR SUR UN MENSONGE…

Le 30 mai dernier, Martin Hirsch intervenait au micro de la Matinale de France-Inter pour vanter son plan « refondation pour l’Hôpital ». Il profitait opportunément de la période de réserve électorale et du silence ministériel pour faire son autopromotion et essayer ainsi de se placer dans la perspective d’un futur maroquin ministériel après les élections.

Là ! Il faut croire que sa manœuvre a été diversement appréciée puisqu’il a finalement annoncé sa démission 2 semaines après.

Il faut dire que sa manœuvre était grossière : s’il a dressé un tableau sans complaisance de la situation catastrophique de l’hôpital, il a quand même oublié de mentionner sa responsabilité dans le désastre. La modestie sans doute… Puis quand le journaliste de France-Inter évoque la fermeture de l’hôpital de la Collégiale et son service gériatrique, en plein scandale Orpéa, il essaie de faire pleurer dans les chaumières en décrivant un nombre réduit de patients, dans des chambres à peine aux normes et sans toilettes, qui seront bien mieux pour affronter la chaleur estivale là où ils vont être transférés. Hirsch se dit « honnête et transparent » … Mais plus c’est gros et plus ça passe : le nombre de patients affecté par ce transfert brutal et sans préavis est le double de ce qu’il annonce. Et les chambres de la Collégiale sont bien toutes équipées d’un sanitaire complet comme le démontre cette photo d’une chambre lambda. Par contre, les chambres qui accueilleront les malades à Broca ne sont ni neuves ni toutes équipées de douche. Et il y aura à la fin moins de personnel pour s’occuper d’eux qu’à la collégiale !!!

En attendant, cette fermeture a des répercussions terribles sur tout le monde : les certains anciens et habitués patients sont complètement déstabilisés et ne retrouvent plus du tout leurs repères, ce qui n’est pas bon pour leur santé mentale. Quant au personnel, certains craquent de se voir ainsi traités comme des pions qu’on balade sans tenir compte de leurs dizaines d’années de service à la Collégiale… C’est du jamais vu et l’été ne fera qu’empirer la situation !

Ce mensonge au micro de France-Inter, lors de l’émission la plus écoutée de France, avait pour but de convaincre les auditeurs de l’humanisme et la justesse de la politique portée par Martin Hirsch depuis 13 ans. Hélas, il est certain que le double discours politique ne partira pas avec lui et que sans lutte conjointe des personnels et des usagers, ils vont continuer à nous faire avaler des couleuvres pour faire passer leurs projets de destruction du système de santé.

Texte issu d Bulletin « un autre futur pour la santé » édité par les travailleurs du secteur santé de la CNT-AIT : sante-social@cnt-ait.info

Contact


Envoyer un message